ecoter

Mission pour l'Economie Numérique, la Conduite et l'Organisation des Territoires

Accès membres
Accueil
RENCONTRE AVEC CHRISTIAN ESTROSI

C.Estrosi-Photo-Janvier2016.jpg

(Source : Forum des Territoires de la Mission Ecoter | O5.11.18)

Crédit photo : Mairie Nice

« La smart city n’est pas qu’un concept, elle se doit à mon sens de concrètement faciliter et améliorer la vie des habitants dans tous les domaines. »

Pour Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, le numérique est porteur d’avenir et doit être mis à la portée de tous ! Depuis 2008, l’ancien ministre mène dans sa ville une politique volontariste dans ce domaine car le numérique est au cœur de notre société avec ses outils indispensables (ordinateurs, tablettes, Smartphones) et l’émergence de nouveaux métiers.

Christian Estrosi a bien voulu répondre à nos questions.

Mission Ecoter : Vous avez été précurseur du « territoire intelligent et durable », la smart city, quels sont les points forts mais aussi les avancées à encourager sur votre commune ?

Christian Estrosi : J’ai décidé d’engager la mutation industrielle et la diversification économique de Nice Côte d’Azur il y a dix ans. En tant qu’ancien Ministre de l’Industrie, j’ai voulu que nous fassions ce pari de l’innovation et des nouvelles filières, et que ce développement passerait par la mise en place d’un « territoire intelligent et durable ». Nice est aujourd’hui une des plus importantes smart cities au monde. Nous avons été labellisés « Ville Ambassadrice de l’Innovation » par la Commission Européenne en 2017 et nous avons été classés 13ème smart city mondiale par « Jupiter Research », un cabinet américain spécialisé dans les nouvelles technologies. Nice est la première ville française du classement...

Ces nouvelles filières, comme le numérique, les nouvelles technologies ou la santé connectée, ont un fort potentiel de création de croissance et d’emploi. C’est un véritable éco-contexte vertueux que je m’attelle à faire vivre en faisant travailler ensemble les acteurs de la recherche et de l’enseignement, les grands groupes industriels et les start-up. Nos choix portent leurs fruits, puisque nous comptons 66 191 entreprises à Nice Côte d’Azur aujourd’hui, contre 52 436 en 2011 soit 26% d’entreprises en plus.

M.E. : Économie, environnement, santé, sécurité… concrètement, cela se matérialise comment sur vos administrés et quels en sont les enjeux ?

C.E. : La smart city n’est pas qu’un concept, elle se doit à mon sens de concrètement faciliter et améliorer la vie des habitants dans tous les domaines. J’ai mis en place le « Monitoring urbain environnemental », un réseau expérimental composé de 3 000 capteurs, dans la Plaine du Var. Ce monitoring fut le premier de cette taille en France et a permis de mesurer et d’améliorer la qualité de l’air que respirent les Niçois. Quand nous accueillons, avec le soutien du groupe Enedis, le projet Interflex qui permet de tester la flexibilité énergétique, pour économiser l’énergie et permettre aux habitants de faire des économies sur leurs factures, nous sommes dans le concret. Il s’agit là du plus important projet de recherche et développement d’Europe qui fait de Nice une des villes leader en Europe sur la transition énergétique. Une de mes priorités, c’est la santé de toutes et tous, et en particulier des plus fragiles et de nos seniors. J’ai engagé à Nice la Cité Européenne de la Santé. Nous avons construit un premier bâtiment, le 27 Delvalle, afin d’héberger les premières start-up spécialisées dans le domaine. Nous avons engagé la création prochaine d’un nouveau bâtiment plus vaste qui permettra de répondre à la demande de logements pour les internes en médecine, qui nous avait été formulée par l’association des internes de Nice, et d’optimiser sur une surface plus vaste l’accueil et l’hébergement d’entreprises et de projets innovants dans le domaine de la santé. Tous les acteurs doivent pouvoir inventer ensemble dans un même objectif : garantir le meilleur de l’innovation pour la santé des Niçois. Nice, cité meurtrie par l’attentat du 14 juillet 2016, mais courageuse et résiliente, est aussi devenue un modèle en termes de safe city en France et en Europe. J’ai souhaité déployer et expérimenter des dispositifs innovants pour améliorer la sécurité des Niçois. Nous avons la plus importante Police Municipale de France. Plus de 2000 caméras de vidéo-protection sont reliées à notre Centre de Supervision urbain niçois qui est le plus innovant de France. Il déménagera bientôt dans un hôtel de police mutualisé avec les services de la Police Nationale et gagnera encore en efficacité.  Nous accueillons actuellement une expérimentation avec le groupe Thalès. Cette expérimentation est issue du volet « Projets industriels d'avenir » engagé par l’Etat dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir. Ce programme vise à permettre des partenariats et à financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire. Il s’agit de permettre l’éclosion de projets pilotes portant sur la sécurité dans la ville intelligente, fédérant les grands acteurs, privés et publics, qui sont mobilisés pour assurer la sécurité des Français.  L’objet du démonstrateur du projet « Safe city - Sécurité de la ville intelligente », d’une durée de 36 mois, est de développer et intégrer in situ les briques technologiques permettant la réalisation d’une plateforme ouverte de partage et de gestion d’informations entre différents opérateurs de services et acteurs de sécurité d’une grande ville. Suite à la Déclaration de Nice que j’ai initiée et qui fédère plus de 70 maires de grandes villes du monde, Nice a pris le leadership européen sur le terrain de la sécurité. Enfin, Nice participe au projet européen PACTESUR, en tant que chef de file, aux côtés des villes de Turin et de Lège, mais aussi des partenaires EFUS (Forum Européen de la Sécurité Urbaine) et ANCI (Association des communes italiennes du Piémont). Ce projet, qui fait suite à la déclaration de Nice, a pour objectif de fédérer plusieurs villes autour de la question de la sécurisation des espaces publics urbains, afin d’apporter des réponses au niveau opérationnel, juridique et financier aux défis du terrorisme. La durée de cette coopération est de 36 mois à compter de janvier 2019, pour un budget total de 3,2 millions d’euros avec une participation de l’Europe à hauteur de 90%.

M.E. : Vous avez déclaré : « Nice Côte d’Azur, terrain d’expérimentation pour toutes les entreprises travaillant autour de la smart city ». Réunir plus encore de grandes entreprises, PME, start-up, chercheurs… au sein-même de la Métropole, la fameuse chaîne de l’innovation, le chantier est vaste avec notamment l’Eco-Vallée ?

C.E. : L’Eco-Vallée est un projet ambitieux sur une superficie de dix mille hectares, et est l’épine dorsale de la smart city. Un lieu de vie, un lieu de travail, un lieu d’études et un lieu d’expérimentation. Il permettra de construire 4 400 nouveaux logements et de créer à terme 50 000 nouveaux emplois, au sein de la Technopole urbaine Nice Méridia et du quartier d’affaire international du Grand Arenas, reliés au centre-ville et à notre aéroport international, le deuxième de France, grâce à la nouvelle ligne de tramway Ouest-Est que nous avons commencé à ouvrir, et à la future ligne 3 de tramway. De grands groupes industriels s’installent ici, d’autres choisissent de travailler avec nous. Enedis, IBM, Veolia, Orange, Bosch…font le pari de Nice Côte d’Azur. J’ai compris très tôt que la revitalisation de notre économie locale passerait par les start-up. En 2008, j’ai ouvert la Pépinière d’Entreprises Nice Côte d’Azur, labellisée depuis le centre européen d’Entreprises et d’Innovation par l’Union européenne. 134 start-up ont déjà vu le jour et 671 emplois ont pu être créés. J’ai décidé l’an passé d’exonérer les Jeunes Entreprises Innovantes de fiscalité locale.  Ces start-up sont les fers de lance de la diversification économique que je vais continuer à défendre et porter au plus haut.


 
Agenda
  Novembre  
LuMaMeJeVeSaDi
 
1234
567891011
1213
COUVERTURE MOBILE, THD RADIO : des moyens pour les collectivités d’améliorer la connectivité de leurs territoires - 13.11.18 - Paris
(Journée de formation pour les collectivités territoriales)
1415161718
19202122
COUVERTURE MOBILE, THD RADIO : des moyens pour les collectivités d’améliorer la connectivité de leurs territoires - 22.11.18 - Dunkerque
(Journée de formation pour les collectivités territoriales)
232425
2627282930

La Mission Ecoter, Association loi 1901, regroupe, depuis 1997, collectivités territoriales et entreprises actrices dans le secteur des collectivités (Numérique, Santé, Education, Environnement, Transports, Finances locales...) pour :

  • Accompagner les collectivités dans leurs transformations.
  • Echanger sur les usages et les services numériques aux citoyens
  • Mettre en place une veille adaptée et efficace aux projets de transformations des collectivités.
  • Peser sur les décisions politiques et administratives pour les territoires.
  • Diffuser les informations les plus fiables dans un secteur innovant.
  • Former les élus, les cadres territoriaux et les acteurs d'entreprises à l'économie numérique, aux finances, aux ressources humaines.

Mission Ecoter
13, avenue d'Aygu
26200 Montélimar
Tél.: 04 75 51 70 85
mission.ecoter@ecoter.org
Siège social
Olivier Julienne
Secrétaire général
Antenne Ile-de-France
Alain Melka
Directeur Général des Services
Tél. : 06 33 75 13 60
Antenne Rhône-Alpes
Natalie Herrouin
Directrice Administrative
Tél.: 04 75 51 70 85
Antenne Hauts-de-France
Quentin Meullemiestre
Directeur du Développement
Tél. : 06 04 08 38 16
Association loi 1901 créée en 1999
Organisme de formation agréé par le Ministère de l'Intérieur et pour la formation professionnelle
Déclaration d’activité n° 82260179326
Réalisation : Les Émotionneurs | Mentions légales | Liens utiles