ecoter

Mission pour l'Economie Numérique, la Conduite et l'Organisation des Territoires

Accès membres
Accueil
RENCONTRE AVEC RENAUD MUSELIER

renaudmuselier.jpg

(Source : Forum des Territoires de la Mission Ecoter | 11.09.18)

Crédit photo : D.R.

Renaud MUSELIER, Président de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d'Azur, Député européen

"C'est au contact du terrain et des acteurs que nous construisons la 1ère Smart Région d’Europe".

Figure emblématique de la vie politique du sud de la France, depuis une trentaine d'années, Renaud Muselier veut impulser un nouveau modèle de territoire et redonner un sens aux actions. Il nous explique pourquoi sa Région s’inscrit dans une démarche visant à lui redonner le goût d’être Première.

 

 


Mission Ecoter : Pour la Région Sud Provence-Alpes Côte d’Azur, vous voulez impulser un nouveau modèle et redonner un sens aux actions. Qu’entendez-vous par là et que pouvons-nous attendre d’ici la fin de votre mandat ?

Renaud Muselier : Avec le Plan Climat, que j’ai lancé en décembre 2017, j’ai souhaité redonner un sens à mon action à la tête de la Région. Au-delà de tous les défis que nous devons relever, la lutte contre le réchauffement climatique s’impose à tous. Nous pourrons conduire la meilleure politique qui soit, si nous ne parvenons pas à respecter les accords de Paris, tout cela sera balayé par les conséquences dramatiques du dérèglement climatique. C’est pourquoi, à mon niveau, j’ai souhaité prendre mes responsabilités en adoptant le Plan Climat. Il est composé de 5 axes : éco-mobilité, neutralité carbone, croissance verte, préservation du patrimoine naturel, bien vivre, et 100 initiatives et nous consacrons 20 % de notre budget en 2018, 30 % en fin de mandat. Aujourd’hui, 86 mesures sont déjà en cours de réalisation et 400 millions d’euros engagés 6 mois seulement après son lancement. Concrètement, d’ici un an, il y aura une borne de recharge pour véhicules électriques tous les 100 km sur les routes de la région et 20 % des lycées seront équipés en toitures photovoltaïques à la fin du mandat. Nous consacrerons 30 % des financements au secteur économique, à des projets environnementaux, et nous visons le « Zéro plastique » en 2030. Avec ce Plan Climat, je souhaite donc faire de la Région le moteur des accords sur le climat. Mais je souhaite que ce moteur régional entraîne également les entreprises, les collectivités et nos voisins méditerranéens. C’est à quoi je m’attèle et c’est ainsi que demain, nous serons la Région avec une COP d’avance.

M.E. : Réduction de 25 % des émissions de gaz à effet de serre issus des transports d’ici 2021, n’est-ce pas un peu utopique, sachant que votre Région est l’une des plus polluées de France et où la mobilité des usagers a pris un considérable retard ?

R.M : Autorité organisatrice des transports, je veux que la Région soit exemplaire et s’engage à impulser une dynamique régionale en faveur d’une nouvelle mobilité. L’objectif est de mieux préserver les ressources disponibles, de protéger l’environnement et de garantir la santé et le bien-être des habitants de la Région. En 2018, ce sont plus de 200 millions d’euros qui seront consacrés à l’écomobilité, avec, par exemple, l’acquisition de véhicules électriques et la création d’une plateforme de covoiturage. En 2021, l’ensemble du réseau routier sera équipé de bornes électriques. La Région soutient par ailleurs les voies réservées aux transports en commun sur les autoroutes. Avec l’élargissement de notre compétence transports, nous nous devons de renouveler et mettre aux normes environnementales le parc de matériel roulant ferroviaire et routier régional, de mettre en place des lignes interurbaines régionales à énergie alternative mais aussi de renouveler la flotte de cars régionaux. Tout ceci est réaliste et réalisable, cela n’a rien d’utopique. Cela étant dit, seul, je ne peux pas tout faire. L’Etat doit prendre ses responsabilités et surtout tenir sa parole. Le calendrier de la ligne nouvelle est trop long, il doit être raccourci. L’Etat doit par ailleurs respecter le Contrat de Plan, notamment dans les transports ou la politique en faveur du vélo où il est très en retard.

M.E. : Concernant la position de la Région face au projet gouvernemental de contractualisation entre l'Etat et les collectivités, vous semblez perplexe ?

R.M. : Je comprends la démarche de l’Etat mais il devrait se l’appliquer en premier lieu. Il faut en finir avec l’idée que les collectivités territoriales vivraient au-dessus de leurs moyens. L’endettement des collectivités c’est moins de 10 % de la dette publique française alors qu’elles réalisent 70 % de l’investissement ! L’endettement des Régions c’est moins de 1 % de la dette nationale ! Sans attendre nous avons rationalisé nos dépenses de fonctionnement et réorienté les marges vers l’investissement. Pour la Région SUD, la ponction de l’Etat c’est - 400 millions d’euros depuis 2014. Ça équivaut à la construction de 15 nouveaux lycées ! Dès mon 1er budget de Président de Région, nous avons maîtrisé nos dépenses de fonctionnement en faisant plus de 40 millions d’euros d’économies ! Contrairement aux collectivités territoriales, l’Etat n’a pas tenu ses engagements s’agissant du plan d’économies de 50 milliards d’euros sur la période 2015-2017. A ce stade, avec ce contrat et d’autres initiatives qu’il a prises, le Président de la République conduit une politique recentralisatrice qui est un contresens historique. On ne réussira pas la décentralisation dont la France a besoin avec un projet jacobin ! Je n’accepterai pas d’être mis sous la tutelle d’un préfet alors que nous sommes souverains et légitimes puisque élus par les habitants de nos régions au suffrage universel direct. Avec ma majorité nous partageons évidemment l’objectif de maîtrise de la dépense publique. Nous sommes prêts à signer un contrat avec l’Etat comme nous l’avons fait avec le CPER pour le déploiement du plan 500 000 formations en 2016 encore faut-il que les termes de contrat soient équilibrés. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas.

M.E. : Le numérique et l’innovation étant clairement les moteurs de la transformation de notre société, en compagnie du CRIGE vous avez lancé DataSud, avec pour ambition de parvenir à être la Région leader dans l’ouverture des données numériques, au service des territoires et de l’innovation, une forme de guichet unique de la donnée. En matière de santé, transports, tourisme, formation, énergies... Comment cela va-t-il concrètement se matérialiser pour les usagers ?

R.M. : Avec l’ouverture de DataSud, la nouvelle plateforme régionale de données ouvertes, géographiques et intelligentes mutualisée avec le CRIGE, la Région fait le pari très prometteur de voir les applications usagers se multiplier. A ce jour, nous finançons 17 projets, ce qui se traduit par des animations, des sessions de formation et de sensibilisation des agents publics aux données numériques ou encore l’organisation de challenges ou de hackathons. La Région est également engagée dans des démarches de déploiement de services numériques, comme par exemple le Projet FlexGRID Data, qui imagine les services numériques de demain aux collectivités en matière de données énergies. Le prochain projet concernera le Smart Charging pour la gestion intelligente des bornes de recharge de véhicule électrique qui informera l’usager sur l’état du réseau électrique. Un autre projet est orienté sur l’exploitation des données de l’Emploi et de la Formation par application des techniques dites « d’intelligence artificielle ». C’est ainsi au contact du terrain et des acteurs que nous construisons la 1ère Smart Région d’Europe.

 
Agenda
  Novembre  
LuMaMeJeVeSaDi
 
1234
567891011
1213
COUVERTURE MOBILE, THD RADIO : des moyens pour les collectivités d’améliorer la connectivité de leurs territoires - 13.11.18 - Paris
(Journée de formation pour les collectivités territoriales)
1415161718
19202122
COUVERTURE MOBILE, THD RADIO : des moyens pour les collectivités d’améliorer la connectivité de leurs territoires - 22.11.18 - Dunkerque
(Journée de formation pour les collectivités territoriales)
232425
2627282930

La Mission Ecoter, Association loi 1901, regroupe, depuis 1997, collectivités territoriales et entreprises actrices dans le secteur des collectivités (Numérique, Santé, Education, Environnement, Transports, Finances locales...) pour :

  • Accompagner les collectivités dans leurs transformations.
  • Echanger sur les usages et les services numériques aux citoyens
  • Mettre en place une veille adaptée et efficace aux projets de transformations des collectivités.
  • Peser sur les décisions politiques et administratives pour les territoires.
  • Diffuser les informations les plus fiables dans un secteur innovant.
  • Former les élus, les cadres territoriaux et les acteurs d'entreprises à l'économie numérique, aux finances, aux ressources humaines.

Mission Ecoter
13, avenue d'Aygu
26200 Montélimar
Tél.: 04 75 51 70 85
mission.ecoter@ecoter.org
Siège social
Olivier Julienne
Secrétaire général
Antenne Ile-de-France
Alain Melka
Directeur Général des Services
Tél. : 06 33 75 13 60
Antenne Rhône-Alpes
Natalie Herrouin
Directrice Administrative
Tél.: 04 75 51 70 85
Antenne Hauts-de-France
Quentin Meullemiestre
Directeur du Développement
Tél. : 06 04 08 38 16
Association loi 1901 créée en 1999
Organisme de formation agréé par le Ministère de l'Intérieur et pour la formation professionnelle
Déclaration d’activité n° 82260179326
Réalisation : Les Émotionneurs | Mentions légales | Liens utiles