ecoter

Mission pour l'Economie Numérique, la Conduite et l'Organisation des Territoires

Accès membres
Accueil Agenda
Agenda

Afficher pages
Page 6 sur 11
18.06.2015au18.06.201509h00 - 19h00
La Conférence de Paris sur le Numérique
Le numérique pour réussir la transformation

Sous le haut patronage de François Hollande, Président de la République et Gérard Larcher, Président du Sénat
En partenariat avec Syntec numérique et CNnum

Inscrivez-vous et découvrez les sujets qui font votre actualité :
-       l’Avenir des Plateformes de services,
-       la révolution du Big Data,
-       la frénésie des tablettes numériques,
-       l’arbitrage économique entre la 4G mobile et la Fibre Optique,
-       la promotion de l’innovation numérique française à l’international,
-       la santé à l’Ere de la Génomique,
-       la ville intelligente……

Plénière 4
14h20 - 15h10 : Le numérique dans l'éducation : les tablettes sont-elles devenues indispensables à la réussite scolaire ?
Animateur :
Philippe Molès, Consultant expert en éducation numérique, Conseiller aux usages du numérique de la Mission ECOTER

Intervenants
Catherine Becchetti-Bizot, Directrice de la Direction du Numérique pour l'Education au Ministère de l'Education nationale
Laurent Jeannin, Directeur adjoint - TEchEduLab de l’Université de Cergy-Pontoise
Eric Kerrouche, Président de la communauté de commune MACS dans les Landes, en charge du numérique à l'ADCF
Anne Lechêne, Responsable des Partenariats BIC EDUCATION
Hélène Marchi, Directeur Education Intel France

Lieu : Université Paris-Dauphine - Place du Maréchal de Lattre de Tassigny 75016 Paris

Programme et inscription sur : http://www.laconferencedeparis.fr

Twitter :  # ConfParisNum

10.06.2015au10.06.201513h30 - 17h45
Du scolaire à l'extra-scolaire, quelle cohérence pour les politiques numériques des collectivités ?

Colloque de la Mission Ecoter


Aujourd’hui, les équipements et les ressources numériques offrent de nouvelles possibilités pour créer un continuum d’apprentissage et d’expression – en classe, hors la classe, à domicile – mais aussi dans les espaces publics numériques, les lieux de culture et de patrimoine, les lieux de loisirs et de création. De démocratiser l’accès aux savoirs et à la culture, de réduire les inégalités sociales, de former aux compétences numériques et à la e-citoyenneté, les enjeux sont multiples pour permettre à chaque enfant de réussir dans son parcours personnel, de s’épanouir dans la société.

Le numérique implique bien évidemment d’investir dans les équipements et les ressources (services en ligne, logiciels et contenus), mais aussi de reconsidérer les différentes formes de médiation. Ainsi les collectivités sont impliquées à plusieurs titres, tant auprès des enseignants et plus largement de la communauté éducative dans la mise en œuvre et l’accompagnement des projets éducatifs, que dans les activités péri et parascolaires qui participent à la formation et à l’épanouissement personnel de chaque enfant.

Dans ce contexte, la question des politiques numériques des collectivités autour de l’enfant est posée : peuvent-elles être traitées séparément, doivent-elles être considérées dans un ensemble plus global, centrées sur l’enfant et son évolution au sein des activités scolaires et extrascolaires ? Quel rôle les collectivités peuvent-elles jouer auprès des équipes éducatives et des familles ?

Ce colloque propose de faire le point sur l’ensemble des actions portées par les collectivités dans la mise en place de nouvelles médiations numériques autour du parcours de l’enfant, de l’école au lycée en passant par les différents lieux de culture et de connaissances.

13h30 – 15h00  - Table ronde – Numérique et réussite scolaire
A partir d’exemples concrets et de témoignages, cette matinée vise à faire l’état des lieux des politiques numériques soutenues par les collectivités et les académies, en vue de mettre en œuvre des dispositifs d’éducation partagée. Nous tenterons de répondre aux questions clés : en quoi les équipements et les ressources numériques permettent-ils la mise en place de dispositif d’éducation partagée ? Quelles conditions faut-il réunir pour permettre la continuité éducative entre l’école et le domicile ? En quoi les collectivités peuvent-elles contribuer à la mise en place de tels dispositifs ?

Intervenants

- Adeline Buisson, Direction de l'éducation et de la jeunesse-Service vie éducative au Conseil départemental du Loiret

- Bernard Boluix, Directeur de l'Education au Conseil régional Languedoc-Roussillon

- Sylvain Fayol, Directeur Marketing et développement du pôle éducation et référence d'Editis


15h00 – 15h15 - Intervention de l'Association des Maires de France

- Virginie Lanlo, Maire adjointe chargée de l'éducation à la Ville de Meudon

15h15 – 17h45 - Table ronde – De l’école en réseau à la ville ou au territoire numérique : quelle cohérence et quelles synergies ?

La seconde partie de cette journée sera consacrée à des échanges autour de ces questions de cohérence dans les politiques publiques numériques autour des activités de l’élève. Au travers d’exemples d’initiatives favorisant la cohérence, sinon la complémentarité, entre lieux de médiation, elle posera la question de l’inscription de ces dynamiques dans des visions prospectives.

Intervenants :

- John Billard, Maire du Favril, Vice-Président de l’Association des Maires Ruraux de France, Président des maires ruraux de l'Eure-et-Loir, Membre du Conseil National du Numérique

- Florent Montillot, Maire-adjoint pour l'éducation et les connaissances, la prévention et la réussite éducative à la Mairie d’Orléans

- Mauna Traikia, Conseillère communautaire déléguée Développement numérique du territoire, Plaine Commune

- Hélène Gestin, Directrice - Le CUBE - Issy-les-Moulineaux

- Laurent Jeannin, Chercheur, Directeur adjoint du TEchEduLab de l’Université de Cergy-Pontoise

- Brigitte Jauffret, Déléguée académique au Numérique, Ministère de l’Education nationale

Nicolas Vauzelle, Numédia - Fédération nationale des professionnels de la médiation numérique

Modération des débats : Philippe Molès - Conseiller aux usages du numérique - Mission Ecoter

Lieu : Caisse des Dépôts et Consignations - 72, avenue Pierre Mendès-France - 75013 Paris (Salle B013)

27.05.2015au27.05.201509h45 - 16h00
Vidéoprotection, centre de supervision urbain et mutualisation territoriale ?
Quels intérêts collectifs ? Comment réussir l’intégration des technologies ? Comment conduire un projet ? Que faut-il savoir ?

Colloque de la Mission Ecoter

Entre la crainte d’une société soumise à « Big Brother » pour les uns et l’engouement pour un remède à tous les maux ou à la paix sociale, la vidéoprotection est avant tout un outil, préventif ou dissuasif, en appui de la présence humaine et dont le cadre juridique rigoureux doit garantir le respect des libertés individuelles[1].
A ce titre, les Français sont très favorables (75%) au développement de la vidéoprotection dans les centres villes, dans les transports et dans les lieux publics.[2]
Nombreuses sont les collectivités[3] à recourir ou réfléchir à la vidéoprotection et nombreuses sont les raisons légitimant l’installation et l’utilisation de ces systèmes[4] : protection des bâtiments et des installations publics (écoles, crèches, collèges, lycées, bâtiments administratifs, cinéma, théâtre, complexes sportifs, abords des gares ferroviaires, routières, parkings, etc.), constatation des infractions aux règles de la circulation, prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens dans les lieux exposés, mais aussi : régulation de la circulation et des flux dans les villes, contrôle de l’éclairage public. Elle peut également s’inscrire plus largement dans les systèmes de prévention et de gestion des territoires, dans la sécurité civile (feu, barrages, centrales, usines classées Seveso).
En 2014, il y avait près de 40 000 caméras de voie publique installées[5] sur le territoire.
Cependant la mise en place d’un réseau de vidéoprotection efficient et efficace est onéreuse pour les collectivités, tout comme l’installation d’un centre de supervision urbain dans lequel opérateurs et agents peuvent visionner en temps réel et en un même lieu les images transmises par les caméras de vidéoprotection mises à disposition d’un service de police municipale, et faire le lien avec la police nationale ou la gendarmerie.
Ainsi afin de rationaliser les dépenses publiques, les élus doivent avoir connaissance des besoins et des usages auxquels la vidéoprotection répondra, savoir évaluer les besoins technologiques requis pour un système et un CSU, enfin, tenir compte de la transversalité du projet en associant aux côtés de la DSI / DSIT, les RH, la DAF, la DAJ, la voirie, mais aussi la police nationale, la gendarmerie et les services d’urgence.
Optimisation de la gouvernance, rationalisation des coûts d’investissement et de fonctionnement, mutualisation des ressources, souplesse pour intégrer de nouvelles communes dans les dispositifs existants, mais aussi confiance dans l’outil, évolution des usages technologiques (caméras embarquées, caméras piétons, drones, etc.), et perspective en termes de financement de la vidéoprotection … C’est dans ce sens que la Mission Ecoter a souhaité construire l’échange et favoriser le débat.

[1] Loi no 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés ; loi du 21 janvier 1995 ; Loppsi 2 (loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure), promulguée le 15 mars 2011. [2] Sondage BVA pour le compte d’Agora « Les Français et la sécurité privée » (février 2013). [3] « 35% des maires disposent d’outils de vidéo-surveillance, près de 22% l’envisagent »précise l’Association des petites villes de France dans l’enquête Les politiques en matière de sécurité dans les petites villes : Bilan et perspectives (février 2015). [4] Tout système implanté sur la voie publique ou dans un espace ouvert au public doit faire l’objet d’une demande d’autorisation auprès de la préfecture, articles L251-1 à L251-8 & articles L252-1 à L252-7 du code de la sécurité intérieure. [5] Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD), créé en 2007 pour mettre en œuvre les orientations du Comité interministériel de prévention de la délinquance (CIPD), dans les territoires exposés à la délinquance. Depuis 2010, près de 100 millions d’euros d’aide ont été accordés pour la vidéoprotection.

PROGRAMME

09h45 – 11h15 - Table ronde - La vidéoprotection au regard des politiques publiques ?

A quels intérêts, pour la collectivité, l’installation d’un système de videoprotection peut-elle répondre? Au regard des périmètres vidéo protégés, quelle évaluation peut-il être fait de l’efficience des dispositifs mis en place ? Les ressources technologiques peuvent-elles se substituer aux ressources humaines ? Face aux nouveaux outils technologiques, le cadre réglementaire est-il adapté ?  (Caméras embarquées, piétons, drones) Face à la raréfaction de l’argent public, quel regard porter sur l’équipement ?

Intervenants :

Association des petites villes de France – Grégoire Le Blond - Administrateur de la Commission « Sécurité et Prévention de la délinquance » et Maire de Chantepie TELECHARGER LA PRESENTATION

Ville de Dunkerque - Alice Varet – Adjointe au Maire en charge de la sécurité publique TELECHARGER LA PRESENTATION

Ville d’Orléans – Florent Montillot – Maire Adjoint à la Prévention

Délégation aux Coopérations de SécuritéMinistère de l’IntérieurElisabeth Sellos-Cartel - Adjointe pour le développement de la vidéo à la Délégation


11h15 – 11h45 - Les aides au financement des projets de vidéoprotection pour le secteur public territorial

Intervenante :

Délégation aux Coopérations de SécuritéMinistère de l’IntérieurElisabeth Sellos-Cartel - Adjointe pour le développement de la vidéo à la Délégation

11h45 – 12h30 - Table ronde - Comment les entreprises répondent-elles aux besoins des collectivités territoriales ?

Comment les offres actuelles de conception de réseau et d’équipements permettent-elles aux collectivités de maîtriser les coûts d’investissement et les dépenses d’exploitation pour les meilleurs résultats possibles ? Comment l’évolution des besoins, des usages et des technologies est-elle prise en compte dans la relation avec la collectivité ? Quelles sont les incidences à venir sur les systèmes de videoprotection et sur l’évolution des usages au regard de la 4G et de la 5G (internet des objets, protocoles nouveaux)

Intervenants :

Cofely Ineo - Charles-Edouard Delpierre - Senior Business Development Manager TELECHARGER LA PRESENTATION

Accenture - Alice Garrigues - Responsable Sécurité publique TELECHARGER LA PRESENTATION

12h45 Déjeuner en commun des participants

14h00 – 16h00 - Table ronde – Vidéoprotection  comment conduire un projet de videoprotection sur les territoires ?

Mutualisation des moyens, choix d’échelle territoriale, gouvernance des dispositifs, conduite de projet et travail collaboratif. Quelles sont les démarches des collectivités territoriales pour construire un dispositif de proximité avec les administrés ? Pourquoi le SIG est important ? De l’étude des besoins, à l’évolutivité des systèmes, à l’évolution des usages jusqu’à l’intégration d’autres collectivités dans les dispositifs existants : comment faire ? Que faut-il prendre en compte ? Comment achète-t-on ?

Intervenants :

Association Nationale de la Videoprotection AN2V - Dominique Legrand - Président TELECHARGER LA PRESENTATION

Spallian Jan Tavart – Directeur adjoint TELECHARGER LA PRESENTATION

Communauté d’agglomération Seine-Essonne Jean-Pierre Soler - Directeur Nouvelles Technologies TELECHARGER LA PRESENTATION

Mairie de Dunkerque - Laurent Claeys - Directeur des Systèmes d'Information TELECHARGER LA PRESENTATION

Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour l'Electricité et les Réseaux de Communication – Sylvain Raifaud - Responsable du Pôle Télécom TELECHARGER LA PRESENTATION

Modération des débats : Patrick Bellin – Conseiller technique – Mission Ecoter

 

Lieu : Caisse des Dépôts et Consignations - 72, avenue Pierre Mendès-France - 75013 Paris - salle Auditorium B013


13.05.2015au13.05.201512h30 - 14h30
Réseaux très haut débit : y-a-t-il d’autres montages que la concession et l’affermage ?
Réunion-débat de la Mission Ecoter

Accueil à partir de 12h00

1 - La régie « classique »

2 - La régie intéressée

3 - Le marché « CREM » : conception réalisation exploitation maintenance

4 - Le contrat de partenariat

5 - La société d'économie mixte à opération unique (SEMOP)

6 - Le « gap funding » anglo-saxon

Trois intervenants pour examiner ces montages et échanger :

- Patrick ChaizeSénateur de l’Ain

- Frédérique OlivierAvocate associée au sein de DS Avocats

- Jean-Jacques ThiébaultPrésident du cabinet conseil Strategic Scout

Lieu :

Restaurant "Au Moulin Vert"
34bis rue des Plantes
75014 Paris

Inscription réservée aux membres entreprises, aux membres collectivités et au club utilisateurs

06.05.2015au06.05.201510h00 - 13h30
Remise des prix 2015 des énergies citoyennes
Evènement relayé par le Forum pour la gestion des villes et des collectivités

Invitation pour la remise des prix 2015 des énergies citoyennes, à l'initiative de Cofely GDF Suez, La Gazette des Communes et Le Courrier des Maires.

10h00 : accueil café

11h00 : Début de la remise des prix en présence de Jérôme Tolot - DGA de GDF Suez et de Jean-Pierre Monéger - Directeur général de Cofély services

12h30 : Cocktail déjeunatoire

Lieu : Conseil Economique, Social et Environemental

9, place d'Iéna - 75016 Paris

Demande d'information - Forum pour la Gestion des Villes :  01 42 56 39 70

29.04.2015au29.04.201509h30-17h00
REUSSIR UNE POLITIQUE D'EQUIPEMENT NUMERIQUE POUR L'EDUCATION
Journée de formation pour les élus locaux et les cadres territoriaux

A l'heure de la volonté du ministère de l'Éducation nationale de faire entrer "L'École dans l'ère du numérique", nombreux sont les élus qui souhaitent doter leurs écoles et leurs établissements d'équipements numériques et éducatifs.

L’objectif de cette formation est de répondre à vos besoins, interrogations, attentes et vous permettre d'avoir les "clés" de la réussite de votre projet numérique
concerté en partenariat avec les instances académiques de l’Éducation nationale, grâce à une équipe de formateurs polyvalente et compétente dans le domaine de l’Éducation.
La matinée est consacrée à la mise en oeuvre d'une coopération institutionnelle collectivité-Éducation nationale
L'après-midi est consacrée aux écosystèmes matériels et financiers


09h30 - 12h30
Faire entrer l’école dans l’ère du numérique


  • Pour quels enjeux ?
  • Comment la concevoir sur un territoire

Comment mettre en œuvre une coopération institutionnelle collectivité-Éducation nationale ?

  • Approche globale et conduite du projet ?
  • Quelle vision partagée peut-on définir pour un projet à construire ensemble ?
  • Quel rôle pour chacun, quelle connaissance mutuelle pour collaborer ? Vers une éducation partagée ?
  • Par quoi commencer ?
12h30 - 13h45  - Déjeuner en commun des participants

14h00 - 17h00

Les écosystèmes matériels et les services du numérique éducatif


  • Quel matériel / ressources pour quels usages ?
  • Les ressources numériques
  • Les différents types de programmes d’équipement
  • Récapitulatif sur les conditions clés pour lancer une politique d’équipement

Les écosystèmes financiers pour les équipements en numérique Éducatif

  • Coûts et mode de financement
  • Les modes de mutualisation inter-collectivités et leurs bénéfices
Rédiger une convention sur un projet numérique

Lieu : CDC 72 avenue Pierre Mendès-France 75013 Paris - Salle B 021

Coût : 380,00 € HT la journée (incluant le repas) - 336,00 € TTC

La Mission Ecoter est un organisme de formation agréé par le ministère de l’Intérieur et pour la formation professionnelle Agrément n° 11753111475
Déclaration d’activité enregistrée sous le numéro 82 26 01793 26 auprès du Préfet de région Rhône-Alpes
15.04.2015au15.04.201512h15 - 14h45
Syndicat mixte d'études Paris Métropole - Patrick Devedjian - Président
Réunion-débat de la Mission Ecoter

La rencontre sera présidée par Bruno Janet, Directeur des relations avec les collectivités locales du Groupe Orange, en sa qualité de Vice-Président du collège entreprises de la Mission Ecoter

Inscription réservée aux membres entreprises, aux membres collectivités et au club utilisateurs

Tarification dans le programme ci-contre

Accueil à partir de 12h00

Thème : Le Syndicat mixte d'études Paris Métropole

Invité : Patrick Devedjian - Président

Riche de 7 millions d’habitants vivant sur les départements des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne et leurs 124 communes, le territoire métropolitain se place parmi les leaders mondiaux en termes d’attractivité touristique, économique, de création d’emplois, d’innovation et de recherche. Mais il doit faire face à une compétition de plus en plus accrue entre métropoles mondiales. L’agglomération parisienne, pour ne pas céder de terrain en attractivité et en qualité de vie, et pour rester compétitive, deviendra alors, à partir du 1er janvier 2016, la Métropole du Grand Paris (loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles - MAPTAM), avec les compétences suivantes : l’aménagement de l’espace métropolitain ; le développement et l’aménagement économique, social et culturel ; le logement et la politique locale de l’habitat ; la politique de la ville ; la protection de l’environnement et du cadre de vie.

Dans cette dynamique d’ensemble conduisant à la création de ce nouvel établissement public figurent, au sein de la Mission de préfiguration, l’Etat et les élus des territoires du Grand Paris, représentés par le Syndicat mixte d’études de Paris Métropole, créé en 2009, dont les travaux sont à dimension stratégique et opérationnelle.

C’est Monsieur Patrick Devedjian, élu Président du Syndicat mixte d’études de Paris Métropole le 19 décembre 2014, qui présentera la structure et nous apportera son éclairage sur un projet complexe mais ambitieux et déterminant pour l’avenir, en abordant notamment les sujets suivants :

  • La gouvernance et les missions du Syndicat mixte d’études de Paris Métropole,
  • Les objectifs donnés aux différents groupes de travail,
  • Les partenaires du Syndicat mixte d’études de Paris Métropole et  la place de l’Etat, de la Région, du monde économique et des habitants (carte du territoire, financements, transition énergétique, projet métropolitain, …)
  • Le rôle des Contrats de Développements Territoriaux – CDT (13 à ce jour), qui priorisent l’économie, les transports, l’innovation et la recherche, la construction, la ville durable, le très haut débit, l’emploi, … Leurs financements, leurs relations avec le tissu d’entreprises, …
  • L’articulation des CDT avec le Grand Paris Express reste très structurante pour donner du lien  entre les territoires autant que pour les valoriser. Comment le Syndicat mixte inscrit-il la Société du Grand Paris dans ses travaux ?
  • Le futur proche de la Métropole du Grand Paris : son architecture fiscale et financière et l’avenir du Syndicat mixte d’études de Paris Métropole.

Lieu :

Restaurant "Au Moulin Vert"
34bis rue des Plantes
75014 Paris

Inscription :

26.03.2015au27.03.2015
La Mission Ecoter est partenaire de la journée TELESANTE 2015 organisée par le CATEL

Que pouvez-vous faire dans les tous prochains mois pour faciliter le déploiement de vos projets d'eSanté :

  • vers d'autres acteurs ?
  • vers d'autres filières médicales ?
  • vers d'autres territoires ?

Le 26 mars 2015, depuis l'une des 20 villes ouvertes gratuitement au public à l'occasion de TELESANTE 2015,

informez-vous, partagez votre point de vue... et grâce à cet événement "pro-action", repartez avec de bonnes idées pour développer vos projets d'eSanté plus rapidement et plus efficacement !

Voir le programme complet !

Les organisateurs régionaux de TELESANTE 2015 sont heureux de vous inviter sur leurs territoires,

MAIS, ATTENTION, J-25 ! : Confirmez dès aujourd'hui votre participation dans la ville de votre choix (visioconférence)

 

Pour tout renseignement, contactez CATEL, coordinateur de l'événement, au 0033 (0)2 97 68 14 03 ou par mail

25.03.2015au25.03.201509h30 - 16h30
Comment développer des mobilités réflexives, intelligentes, durables et sans entrave ?
Colloque de la Mission Ecoter

Seul un Français sur deux utilise régulièrement les transports publics : bus, métro, tramway, RER et TER. Les utilisateurs les plus réguliers sont les Franciliens : 76 % contre 44 % pour les provinciaux ; les habitants des grandes agglomérations (100 000 habitants et plus) : 70% contre 27% pour les agglomérations de moins de 100 000 habitants ; les jeunes (18-34 ans) : 65 % contre 44 % pour les 35 ans et plus ; les cadres : 66 % contre 46 % pour les employés, 41 % pour les artisans et 38 % pour les ouvriers ; les CSP+ : 61 % contre 47 % pour les CSP- (Observatoire de la mobilité 2014 de l’UTP – avec l’IFOP).

En mobilité urbaine, péri urbaine, semi rurale ou rurale, la voiture demeure toujours, pour la moitié des Français, un élément structurant des territoires et des comportements, dont on mesure toujours plus les impasses en termes de pollution, de stress, de santé, de congestion du trafic, et de clivages entre les zones ultra-urbaines, caractérisées par une diversité d’offres, et les autres territoires qui vivent des « mobilités contraintes et pénalisantes pour les CSP- et intermédiaires, les couples avec enfants[1] », les habitants péri-urbains. Et, malgré la tendance de l’usage qui prime sur la possession, elle reste est un outil incontournable au regard des coûts relatifs à l’extension ou à la construction de réseaux de transports, à la saturation des transports publics eux-mêmes.
Face aux enjeux de respect de l’environnement, les responsables des déplacements, dans le respect du maintien de cohésion territoriale et d’équité, s’engagent pour un rééquilibrage de l’usage de la voiture. L’innovation se porte ainsi sur des offres de services de mobilité[2] et de non-déplacement (tiers-lieux, coworking, télétravail) avec des acteurs de services traditionnels ou nouveaux (sociétés de parking, de vélos, d’auto-partage, de covoiturage), avec les entreprises[3] … en les recentrant sur les usagers - acteurs de leur propre mobilité - au regard de l’évolution de leurs pratiques et demandes.

Les collectivités investissent dans cette intermodalité (individuel-collectif) sans être à ce jour récompensées, car la mise en place d’une offre ne provoque pas nécessairement sa pratique.
Pour renforcer le report multimodal, elles doivent innover par des stratégies d’interopérabilité des systèmes, unifier les titres de transports qui vont au-delà des frontières administratives, simplifier l’expérience « voyageur » ; le numérique est aussi un atout et les données sont primordiales pour construire des politiques de mobilités durables.
A la mobilité des usagers s’ajoute également la mobilité urbaine des marchandises, dont l’aspect logistique est encore négligé par les pouvoirs publics, mais qui est une réelle source de dysfonctionnements en termes de fluidification des villes et de leurs agglomérations (saturation de la voirie, des transports publics, au public et privés, accès aux espaces de stationnement), d’accidents et de pollution. Dans ce « jeu » à plusieurs acteurs, dont les collectivités, le numérique est aussi un atout pour organiser et gérer les flux.

Comment aller vers une véritable politique globale de mobilité ? Quelle serait la gouvernance idéale pour favoriser des services viables, pour chacun, sur l’ensemble des territoires ? Quels usages peut-on faire du numérique et des données pour dépasser les silos ? Comment travailler avec les réseaux de transport alternatifs proposés par les nouveaux entrants ? Comment proposer des bouquets de service de mobilités adaptés aux différents types de clientèle, réflexifs, « intelligents », durables, équitables et économiquement viables face à ces nouveaux entrants, parfois concurrents et très agiles, ou comment travailler avec eux ?


[1] Bruno Marzloff en référence à l’étude Mobilités émergentes de l’ObSoCo – Observatoire Société et Consommation en partenariat avec Chronos publiée le 31 octobre 2014 (conférence Cercle Premier Transport et Mobilité – OBS – 2014)
[2]
En moyenne, les voyageurs utilisent deux modes de transports collectifs pour se déplacer. Au quotidien, ils pratiquent : l’intermodalité, qui consiste à prendre successivement plusieurs modes de transport au cours d'un même déplacement : bus + tramway + train ; la multi-modalité, qui consiste à utiliser plusieurs modes de transport dans les déplacements habituels : bus le lundi, voiture le mardi, vélo le jeudi, par ex. ; la pluri-modalité, qui consiste à arbitrer entre plusieurs modes de transport disponibles sur un même parcours, bus à l’aller et tram au retour, par ex. (Observatoire de la mobilité 2014 de l’UTP – avec l’IFOP).
[3]
A partir de 2018, dans le périmètre d'un plan de déplacements urbains, toute entreprise de 100 salariés ou plus devra élaborer un plan de mobilité encourageant « l'utilisation des transports en commun et le recours au covoiturage » projet de loi relatif à la Transition énergétique

PROGRAMME

09H30 – 10H30 - Table ronde - Comprendre les nouvelles pratiques de mobilité, vers des mobilités « intelligentes »
Face aux besoins des usagers d’échapper à la congestion du trafic routier et à la pollution, d’optimiser les déplacements en zone périurbaine, rurale, avec un meilleur niveau de confort, d’économiser son temps de déplacement ou de pouvoir continuer de travailler en mouvement, de nouvelles mobilités, « intelligentes » -covoiturage, sharing, utilisation des plateformes de partage et de mise en relation d’usagers, réseaux sociaux d’informations, partage de parkings, etc. – se mettent en place.

Intervenants
Observatoire Société et Consommation
Nathalie Damery - Présidente TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF visiter le site
Orange Villa Numéris
- David Lacombled – Président et Directeur délégué à la stratégie de contenus d’Orange aller sur le tumblr de la Villa Numeris
Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux
– Guillaume Uster – Chargé de recherche visiter le site du pôle de compétitivité I-TRANS et comprendre le projet I-Viatic

10H30 – 12H45 - Table ronde - Répondre aux attentes, améliorer l’expérience des usagers

-          10H30 – 11H40 - Faire évoluer la mobilité
Intermodalité, plateformes d’information voyageur, pôles d’échanges multimodaux, carte de transport, billettique, covoiturage : les collectivités investissent dans les infrastructures, dans les mobilités connectées ou expérimentent de nouvelles solutions innovantes.

Introduction : Xavier Brisbois – Docteur en psychologie sociale TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF et consulter le blog

« Quelles sont les conditions psychologiques du changement dans le comportement modal ? »
Intervenants

Wayz-Up
(covoiturage pour les entreprises dans le cadre des PDE) - Julien Honnart – Président et Fondateur visiter le site
Communauté d’agglomération de La Rochelle – Stéphanie Nair
- Chargée des Projets Innovants TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF et visiter le site Yelo

-          11H40 – 12H10 - Repenser la mobilité urbaine des marchandises
Fluidification des villes et de leurs agglomérations versus saturation de la voirie et des transports publics, difficultés de déplacements privés et accès aux espaces de stationnement, accidents et pollution : comment faire, qui peut faire et avec quels acteurs ?

Intervenants

Saint-Etienne Métropole – Fouad Belouannas - Directeur Adjoint des Transports et de la Mobilité TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF et visiter le site de la collectivité
EFFICACITY (Institut pour la transition énergétique dans les villes) - Joël Danard - RATP comprendre Efficacity

-          12H10 – 12H40 - Nouveaux enjeux du développement de proximité
Quelles politiques alternatives de déplacement et de mobilité choisir ? Tiers-lieu, télécentre, coworking

Intervenants

ACTIPOLE 21 – Christian Ollivry
- Président et Conseiller municipal de la Ville d’Antony TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF et consulter le site
DIGINOVE Consulting
Danielle Gance - Présidente TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF et consulter le blog

12h45 – 14h00 - Déjeuner en commun

14H15 – 14H30 - Mobilité et transition énergétique : Bornes et pilotage de la recharge des véhicules électriques

Intervenant
s :
Bouygues Energies & Services - Servan Lacire
- Directeur R&D et Michel Cozic - Directeur Innovation et technologies TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF

14H30 – 16H30- Table ronde - Des données, éléments-clés des nouvelles mobilités
à la politique globale de mobilité
Quels usages peut-on faire des données ? Comment les valoriser ?
Quelle interaction entre les usagers, les acteurs publics et privés, les systèmes d’informations des transports. Quels nouveaux services ? Quelles perspectives ?
Interopérabilité des systèmes, fragmentation de la gouvernance, échelles territoriales : comment répondre de façon équitable territorialement aux attentes des usagers ? Quelle est la gouvernance idéale ? Quelle est la bonne échelle ?

Intervenants

Métropole de Lyon – Gilles Vesco
– Conseiller Membre de la Commission permanente - Nouvelles mobilités urbaines tout comprendre sur Optimod'Lyon
TRANSDEV - Alain Pittavino – Directeur métiers visiter le site Innovation et mobilités
Caisse des Dépôts et Consignations – Cédric Verpeaux - Responsable Pôle Ville Numérique et durable
MEDDE - Agence française pour l’information multimodale et la billettiqueBernard Schwob - Directeur TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF
MEDDE – Mission transports Intelligents – Jean-François Janin – Chef de la Mission TELECHARGER LA PRESENTATION EN PDF

Modération des débats : Patrick Bellin - Conseiller technique - Mission Ecoter

Lieu : Caisse des Dépôts et Consignations - 72 avenue Pierre Mendès-France 75013 Paris - Salle Auditorium - B 013

11.02.2015au11.02.201509h30 - 16h30
SYSTEMES D’INFORMATION ET METIERS
Colloque de la Mission Ecoter

SYSTEMES D’INFORMATION ET METIERS

1ère partie : DONNÉES, SÉCURITÉ, GESTION DES RISQUES
2ème partie : DES SI AUX CENTRES DE SERVICES INTERNES – POUR QUI ET POUR QUOI ?

Matinée

Smart cities, smart grids, big data, modes cloud, machine to machine et internet des objets, téléservices, transports, paiements à distance, santé-social, éducation : jamais autant de données n’ont été produites, échangées, gérées, stockées par ou via autant d’outils technologiques pour répondre à l’évolution des usages, à la modernisation des services publics et à la transformation de la chaîne de valeurs des administrations in fine ; jamais auparavant, les directions métiers n’ont été actrices dans ce mouvement… Et plus que jamais les DSI doivent redoubler de vigilance par rapport aux enjeux sécuritaires et réglementaires.
Référentiel général de sécurité, protection de la confidentialité, de l’intégrité, disponibilité des données, authentification, certification numérique des échanges et transactions en ligne, prévention de cyber risques, du détournement d’un site web, d’un déni de service, d’un vol de données : le digital bouscule la façon de travailler, d’échanger entre administrations publiques d’Etat et/ou de collectivités, avec les prestataires… et dans la relation aux usagers[1].
Les enjeux sécuritaires et réglementaires concernent autant les administrations d’Etat, les directions métiers des collectivités territoriales qui déploient des services numériques parfois sans contraintes techniques apparentes, que les directions générales et les élus, pour lesquels la valeur réside dans ces services et ces usages, qu’il convient de ne pas occulter en amont des projets, avec les prestataires, afin de prévenir de tout risque et créer un socle solide à la confiance numérique à l’endroit des usagers des services publics.

Après-midi

Les collectivités territoriales, comme tous les organismes de l’Etat, doivent améliorer leur gestion et les services rendus aux citoyens, à budgets au mieux constants.
Le « Système d’Information » n’échappe pas à la règle du « faire plus avec moins ».
Face à ce constat, les Directions des Systèmes d’Information (DSI) s’organisent pour fournir des services à valeur ajoutée au-delà du quotidien, en liaison de plus en plus forte avec les métiers.
Le quotidien, incluant le pilotage des infrastructures –postes de travail/réseaux/serveurs/parcs connexes- doit, lui aussi, faire l’objet d’une rationalisation et d’une industrialisation accrues, pour en diminuer les coûts de gestion, rendre plus efficace le service rendu, et dégager les ressources nécessaires pour monter les projets à forte valeur ajoutée métier.
En conséquence, les DSI sont de plus en plus nombreuses à vouloir rationaliser la gestion de l’exploitation du SI : moins de fournisseurs –voire un pilote unique-, guichet d’appel unique, mise en œuvre des procédures ITIL (…), pour une transformation progressive en centre de service interne.

Cette journée est organisée en deux parties pour traiter de deux sujets qui convergent et se nourrissent l’un l’autre.


[1] Le Baromètre « Les Français et la confiance numérique » (juin 2014 BVA Almerys) relève un léger effritement de la confiance numérique - par rapport au baromètre précédent - portant sur le manque de sécurité et de confidentialité des données comme des inconvénients des démarches réalisées sur Internet, l’usurpation possible d’identité au regard des données fournies, sur les démarches effectuées en ligne (notamment pour la déclaration de revenus), sur le stockage d’informations sensibles (données de santé, bulletins de salaire, relevés retraite).

09h30 - 10H00 : Sécuriser les systèmes d’informations des administrations publiques centrales et territoriales

Intervenant

Guillaume Poupard - Directeur Général - Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information  Télécharger les guides de l'ANSSI

10h00 - 11h30 - Infrastructures réseaux, clouds et datacenters, outils mobiles, pare-feu

Comment répondre aux besoins des administrations publiques en terme de sécurité (communications, transactions), des systèmes d’information (pare-feu, détection et prévention d’intrusion, contrôle d’accès), des traitements et des données (confidentialité, authentification, accès), de la résilience des réseaux (cyber-attaques, congestion des réseaux, sécurisation des réseaux locaux, de l’interconnexion des réseaux), de la création d’un espace de confiance (interopérabilité des certificats, moyen de preuve), souveraineté des données.

Intervenants

Alexis Caurette – Directeur business development cyber ATOS Big Data & Security - ATOS   télécharger la présentation

Irène Golbery – En charge de la Stratégie des partenaires sécurité - CISCO télécharger la présentation

Franck Morales – Vice-Président Marketing Internet Solution & Data Network - ORANGE  télécharger la présentation


11h30 - 12h15 - Les services mis à disposition du SI des collectivités par l’Etat

Comment les Collectivités Territoriales peuvent-elles se saisir des concepts, référentiels, cadres communs et services portés par l’Etat pour développer l’administration numérique territoriale ? (Etat plateforme, France Connect, Cloud territorial, Développement des services numériques …).

Intervenants

Céline Faivre – Adjointe à la Chef de Mission Développement de l’Administration Numérique - Secrétariat général pour la modernisation de l'action publique – Premier Ministre
Guillaume Blot
- Chef du service architecture et urbanisation -
Direction Interministérielle des Systèmes d'Information et de Communication – Premier Ministre

télécharger la présentation conjointe

12h15 - 12h45 - Retours d’expérience, impacts juridiques, pratiques contractuelles

Données, hébergement, responsabilités des administrations et des partenaires privés : quels sont les retours d’expérience, les impacts juridiques et les bonnes pratiques contractuelles ?
Quel est le regard de l’avocat ?

Intervenant : Franklin Brousse - Avocat - Franklin Brousse Avocat télécharger la présentation

13h00  -  Déjeuner en commun des participants

14h00 – 14h15 - Restitution de l’enquête

Patrick Bellin - Conseiller technique - Mission Ecoter -  - télécharger la présentation

 

14h15 – 14h45 - Rationalisation du parc applicatif

Quelle démarche peut-on avoir pour rationaliser un parc applicatif ? Quel est l’apport de Lutèce (CMS – Framework open source)

Intervenants :

Pierre Lévy - Responsable du centre de service Lutece – DSI Ville de Paris

Philippe Bouchet - Directeur Collectivités territoriales - ATOS

télécharger la présentation conjointe


14h45 - 16h30 - Evolution des directions des systèmes d’information

Les DSI sont plus nombreuses à vouloir rationaliser la gestion de l’exploitation du SI : moins de fournisseurs –voire un pilote unique-, guichet d’appel unique, mise en œuvre des procédures ITIL (…), pour une transformation progressive en centre de service interne. Retour sur leur démarche.

Intervenants :

Morgan Hervé – Directeur général adjoint – Syndicat mixte Manche Numérique télécharger la présentation

Benoît Dehais – Directeur – Direction des Systèmes d’Information - Conseil régional Rhône-Alpes

David La Rose – Directeur de l’Aménagement numérique - Communauté d'agglomération de l'Aéroport du Bourget  télécharger la présentation

Modération des débats : Patrick Bellin – Conseiller technique – Mission Ecoter


Lieu :
Caisse des Dépôts et Consignations – 72, avenue Pierre Mendès-France – 75013 Paris - Salle Auditorium B 013

28.01.2015au28.01.201509h30-16h45
La rénovation des bâtiments et des logements
Quels sont les éléments organisationnels, technologiques, pédagogiques, financiers et contractuels pour répondre aux enjeux de la rénovation au regard de la transition énergétique ?

Colloque de la Mission Ecoter
Avec 3,45 milliards de m² chauffés - des logements ou bâtiments tertiaires[1] d’une durée de vie moyenne supérieure à un siècle[2] -, le bâtiment occupe le premier poste de consommation d’énergie en France avec 43% contre 32% pour les transports, 21% pour l’industrie, 3% pour l’agriculture et il est responsable à 19% d’émissions des gaz à effet de serre. En 30 ans, la consommation du secteur du bâtiment a augmenté de 20%.
Sur l’année 2012[3], le taux d’indépendance énergétique s’est effrité à 52,7%, la facture énergétique a augmenté de 12 % à 68,7 milliards d'euros et a pesé 3,4 % du PIB, contre seulement 1% dans les années 1990. Et cette facture, conjuguée à la conjoncture économique, se répercute sur les ménages.
Ainsi, un Français sur 5 éprouve des difficultés à se chauffer et s’éclairer, et on estime que sont en situation de précarité énergétique les foyers consacrant plus de 10% de leurs revenus à leurs dépenses en énergie[4].
Au regard de ces chiffres qui résonnent sèchement, la performance énergétique des bâtiments occupe une place centrale dans les politiques en cours
- au niveau européen avec le plan Energie 2030 ;
- au niveau national avec le projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte qui prévoit -40% d’émission des gaz à effet de serre en 2030, ainsi qu’une réduction de la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 (20% en 2030) et qui fixe pour objectif de « rénover énergétiquement 500 000 logements par an à compter de 2017, dont au moins la moitié est occupée par des ménages aux revenus modestes ».
A titre indicatif, le parc résidentiel compte 33,4 millions de logements et les logements datant d'avant 1949 représentent 34 % du parc, soit plus de 11 millions d'unités[5]. Sachant que le taux de renouvellement du parc de bâtiments français est limité à 1% annuel[6], la rénovation des bâtiments existants constitue donc un chantier majeur.
Comment en accélérer la cadence afin de respecter les objectifs susmentionnés et généraux du projet de loi[7] Comment les acteurs publics territoriaux et privés doivent-ils s’organiser ? Quels sont les outils et technologies qui vont accompagner le mouvement, le simplifier, l’accélérer ? Quelles places aux technologies dans le pilotage des bâtiments et des logements (GTP, BIM, data, domotique, immotique) ? Quelle place à la pédagogie dans le dispositif ? Quels vont être les impacts de la loi et les évolutions dans les contrats entre les collectivités et les fournisseurs ? Comment rénover et exploiter en minimisant les coûts ?
Quels sont les éléments organisationnels, technologiques, pédagogiques, financiers et contractuels
répondre aux enjeux de la rénovation des bâtiments et des logements, dans le respect des objectifs de la transition énergétique ?


[1] Parc tertiaire (en 2012) : 850 millions de m2, soit 480 millions de m2 pour le secteur privé et 370 millions de m2 pour le secteur public (Rapport final 2011 Recommandations relatives à la rédaction du décret organisant l’obligation de travaux de rénovation énergétique dans le parc tertiaire entre 2012 et 2020)
[2]
www.ademe.fr
[3]
Chiffres Clés du Bâtiment -Énergie-Environnement” édition 2013, ADEME
[4]
Rapport de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), septembre 2014
[5]
www.pap.fr
[6]
Panorama des financements climat en France en 2011 (CDC Climat)
[7]
Transition énergétique pour la croissance verte, projet de loi adopté en 1ère lecture par l’Assemblée nationale, le 14 octobre 2014

Accueil à partir de 08h30

PROGRAMME

09h30 – 11h15 - Rénovation du bâtiment, acteurs, besoins et outils

Quels sont les rôles des acteurs publics et des acteurs privés ? Quels scénarios sont imaginables pour accélérer la cadence (mesures de simplification des normes et des règles, mobilisation du foncier public, adaptation de l’offre aux besoins, innovation, carnet de santé du bâtiment et du logement, financement) ? Quelle est la gouvernance des acteurs à mettre en place ? Quels chemins, quels relais, quels outils et quels délais réalistes ? Comment former aujourd’hui et adapter les métiers aux nouvelles technologies ?

- Agence Nationale de l’Habitat – Catherine Méry - Chargée de mission territoriale télécharger la présentation aller sur le site
- Association QualiConditionnalité – Jacques Bucki
– Président et Membre de la Commission Nationale de la Transition Energétique télécharger la présentation
- Bouygues ImmobilierFranck Hélary - Directeur général Logement Île-de-France aller sur le site
- Cluster Ekwation - Frédéric Laroche - Animateur du Cluster télécharger la présentation aller sur le site
- Union nationale des économistes de la construction – François Bayle - Vice-président national Affaires Professionnelles télécharger la présentation aller sur le site

11h15 – 11h40 – Retour d’expérience d’une collectivité territoriale

Maison de l’Habitat de l’Essonne – Annie-Claude RASTELLCheffe du service CLE 91 télécharger la présentation Aller sur la plateforme

11h45 – 12h45 – Evolution des technologies

Face à la rénovation lourde des immeubles, facteur d’optimisation passive, les équipements techniques et les changements de comportement contribuent très notablement à une optimisation active des dépenses énergétiques. De la Gestion Technique du Patrimoine (GTP) au Bâtiment et Informations Modélisées (BIM), en s’appuyant sur le numérique (M2M, big data, cloud, standards de communication, etc.), de la domotique à l’immotique, la construction comme la rénovation, reposent sur des évolutions technologiques qui permettent de remettre à niveau l’existant, d’améliorer le confort et la sécurité des habitants, d’optimiser la durée de vie des infrastructures, de maîtriser l’énergie des installations, de manager et piloter le bâtiment, intégrer les équipements de stockage de l’électricité comme les véhicules électriques. Comment conduire des projets de rénovation ou de construction sur un temps court, sans obérer les objectifs ambitieux de transition énergétique à 2040 ? Quelles sont les mesures conservatoires à prendre ?

- Cofely Axima – GDF Suez – Samir Boukhalfa – Chef de projet Efficacité énergétique et environnementale télécharger la présentation aller sur le site
- M2OCity - Charles-Alexandre Concédieu - Grands Comptes & Projets Multi-Fluides télécharger la présentation aller sur le site
- Association Medi@construct - Alain Maury - Délégué général télécharger la présentation aller sur le site

12h45 – 14h00 - Déjeuner en commun

14h15 – 15h00 – Le logement social vers la transition énergétique

Comment un bailleur social réhabilite-t-il les logements ? Quelle est l’incidence sur l’organisation interne ? Comment un bailleur social repense-t-il sa relation avec ses locataires ? Quels types d’habitats adaptés offrir ? Comment concilier maîtrise de loyers adaptés, gestion des dépenses et investissements technologiques ? Quels peuvent être les apports du numérique ?

Illustration par un bailleur social qui a réhabilité 1100 logements sociaux en BBC
- Le Foyer RémoisJean-Denis Mège – Directeur du développement télécharger la présentation

15h00 – 16h30 – Quelles évolutions au regard des relations contractuelles et des financements ?

Avec un budget « dépenses énergétiques » qui tend à devenir, cumulé sur la durée, le premier poste financier face à la construction, comment les outils technologiques et numériques conduisent-ils à définir de nouvelles relations contractuelles entre acteurs de l’exploitation technique immobilière et collectivités ? Les objectifs recherchés et annoncés prennent-ils maintenant le pas sur les moyens mis en œuvre, dans une nouvelle relation « gagnant-gagnant ». Quelles sont les évolutions dont il faut tenir compte ?

- Cabinet d’Avocats Lefèvre, Pelletier et associésMaître Olivier Ortega aller sur le site lire article in le Moniteur
-
SEM Energies Posit’IfJosé Lopez - Membre du directoire télécharger la présentation aller sur le site
- Crédit Foncier – Alain David
- Directeur adjoint du développement télécharger la présentation aller sur le site

Modération des débats : Patrick Bellin, Conseiller technique de la Mission Ecoter

Lieu : Caisse des Dépôts et Consignations - 72 avenue Pierre Mendès-France, 75013 Paris Salle Auditorium - B 013

27.01.2015au27.01.201509h30-17h00
RÉUSSIR UNE POLITIQUE D’ÉQUIPEMENT NUMÉRIQUE POUR L’ÉDUCATION
Journée de formation pour les élus locaux et les cadres territoriaux

A l'heure de la volonté du ministère de l'Éducation nationale de faire entrer "L'École dans l'ère du numérique", nombreux sont les élus qui souhaitent doter leurs écoles et leurs établissements d'équipements numériques et éducatifs.

L’objectif de cette formation est de répondre à vos besoins, interrogations, attentes et vous permettre d'avoir les "clés" de la réussite de votre projet numérique
concerté en partenariat avec les instances académiques de l’Éducation nationale, grâce à une équipe de formateurs polyvalente et compétente dans le domaine de l’Éducation.
La matinée est consacrée à la mise en oeuvre d'une coopération institutionnelle collectivité-Éducation nationale
L'après-midi est consacrée aux écosystèmes matériels et financiers


09h30 - 12h30
Faire entrer l’école dans l’ère du numérique


  • Pour quels enjeux ?
  • Comment la concevoir sur un territoire

Comment mettre en œuvre une coopération institutionnelle collectivité-Éducation nationale ?

  • Approche globale et conduite du projet ?
  • Quelle vision partagée peut-on définir pour un projet à construire ensemble ?
  • Quel rôle pour chacun, quelle connaissance mutuelle pour collaborer ? Vers une éducation partagée ?
  • Par quoi commencer ?
12h30 - 13h45  - Déjeuner en commun des participants

14h00 - 17h00

Les écosystèmes matériels et les services du numérique éducatif


  • Quel matériel / ressources pour quels usages ?
  • Les ressources numériques
  • Les différents types de programmes d’équipement
  • Récapitulatif sur les conditions clés pour lancer une politique d’équipement

Les écosystèmes financiers pour les équipements en numérique Éducatif

  • Coûts et mode de financement
  • Les modes de mutualisation inter-collectivités et leurs bénéfices
Rédiger une convention sur un projet numérique
Lieu : CDC 72 avenue Pierre Mendès-France 75013 Paris - Salle B 013

Coût : 280,00 € HT la journée (incluant le repas)

La Mission Ecoter est un organisme de formation agréé par le ministère de l’Intérieur et pour la formation professionnelle Agrément n° 11753111475
Déclaration d’activité enregistrée sous le numéro 82 26 01793 26 auprès du Préfet de région Rhône-Alpes

 

14.01.2015au14.01.201512h15 - 14h30
Direction Numérique pour l'Education - MEN : projets stratégiques et priorités

Accueil à partir de 12h00

Thème : Quels sont les projets stratégiques de la Direction Numérique pour l'Education et avec quelles priorités ?

Invitée : Catherine Becchetti-Bizot, Directrice de la Direction du Numérique pour l’Education au Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Les échanges seront structurés autour des points suivants :

- Organisation de la Direction Numérique pour l’Éducation

- Quelle est la feuille de route de la DNE pour 2015 ?

- Quels sont les projets stratégiques de la Direction Nationale pour le Numérique et avec quelles priorités ?

- Quelles évolutions pour la gouvernance du numérique ?

- Quel rôle a la DNE au regard de la filière industrielle éducative ?

Modérateur – Philippe Molès, Conseiller aux usages numériques

Lieu :

Restaurant « Au Moulin Vert »

34bis rue des Plantes

75014 Paris

05.11.2014au05.11.201408h30 - 17h00
Tourisme culturel et numérique
Enjeux économiques, opportunités, projets, gouvernance et pilotes

Colloque de la Mission Ecoter

L’expression "Culture is future [1]" prend un sens particulier au regard des plus de 44 000 monuments historiques classés ou inscrits, faisant du patrimoine culturel l’un des principaux atouts touristiques de la France et du poids économique qu’il représente, comme les Assises du Tourisme[2] ont pu le mettre en exergue en mars 2014 : « Ce secteur est estimé à près de 100 000 emplois et 15 milliards d’euros de retombées économiques. En contrepartie, le tourisme constitue la première voie d’accès à la culture puisqu’il génère plus de 60% de la fréquentation de ces sites. L'objectif est de capitaliser sur cet atout pour en faire un relais de croissance et de développement de l’emploi. ». Quant à l’industrie du tourisme, elle a représenté, en 2012, 41,7 milliards d’euros de recettes enregistrés, près d’un million d’emplois directs et plus encore d’emplois indirects.

Le tourisme culturel est un « énorme avantage pour notre économie et notre "soft power", car 80% des souhaits des visiteurs étrangers concernent la culture, le patrimoine et l’art de vivre de notre pays. La culture « à visiter, à regarder, à goûter ou à écouter, sentir, partager est une signature de chaque nation »[3].

Si le tourisme culturel ne se délocalise pas, le numérique vient néanmoins perturber des schémas établis et appelle l’ensemble des acteurs à s’adapter, changer, innover et soutenir l’innovation pour renforcer le tourisme culturel, accompagner les professionnels du tourisme, conduire des politiques coordonnées.

De nombreux acteurs privés l’ont compris, qui captent les données, l’audience des sites, les réservations et proposent, à travers leurs plateformes et leurs applications, des offres renouvelées et valorisées face aux opérateurs publics traditionnels, et créent de durables ruptures dans les pratiques touristiques. L’internet fixe/mobile et les réseaux sociaux révolutionnent les modes de consommation, faisant des touristes des usagers interconnectés permanents, des critiques de leurs expériences à l’échelle mondiale, en quasi temps réel.

Les stratégies des collectivités territoriales, des opérateurs touristiques, des partenaires publics et privés passent par le développement de services innovants[4] : plateformes web et réseaux sociaux, technologies (NFC, réalité augmentée), géolocalisation, exploitation et valorisation des données. Mais elles reposent aussi sur la capacité d’accompagner les acteurs touristiques et culturels aux usages, aux pratiques et à l’évaluation des outils numériques et sur la capacité à travailler de façon collaborative et à mettre en place une gouvernance efficace pour parvenir aux finalités désirées.

Ce colloque de la Mission Ecoter est dédié à l’ensemble des acteurs publics territoriaux, à leurs élus et agents, aux représentants des offices et comités de tourisme, des chambres consulaires, aux acteurs institutionnels et aux partenaires privés participant de la mise en valeur du tourisme culturel français.


[1] Cf Forum d’Avignon , [2] Assises du tourisme : troisième comité de pilotage – 5 mars 2014, en présence de Sylvia Pinel Ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme et d’Aurélie Filippetti Ministre de la culture et de la communication , [3] Evelyne Lehalle, Le tourisme culturel - 2011 , [4] Conclusion des Assises du tourisme - 19 juin 2014 - « être offensif dans le numérique qui doit être considéré comme "la nouvelle donne du tourisme" et non comme "le grand méchant loup" », Fleur Pellerin, secrétaire d'Etat à la promotion du Tourisme et au Commerce Extérieur

Présentations en téléchargement dans le corps du programme

09h40 – 10h45 – Accueil et introduction

Caisse des Dépôts et Consignations - Philippe Person - Responsable du pôle e-culture FSN Visiter le site

09h40 – 10h45 – Tourisme culturel et numérique

Atout France - Christian Delom - Directeur de la Stratégie, de l’Observation et des Nouvelles Technologies Présentation
Ministère de la Culture et de la Communication - Philippe-Denis Fée –
Chargé de mission Tourisme culturel, Secrétariat général Visiter le site
Nouveau Tourisme Culturel - Evelyne Lehalle
– Directrice (absente pour cause d'intempéries) Présentation et commentaires

10h45 – 12h15 – Les outils numériques dans les stratégies de valorisation territoriale culturelle et touristique

1/ Bibracte Vincent Guichard – Directeur général Présentation part1 part2 part3 visiter le site internet et video sur Bibracte et le numérique
2/ Centre International de la Mer
- La Corderie Royale - Marie-France Poletti - Responsable Communication – Promotion et Emmanuel Ecale - Vice-Président - Communauté d’Agglomération Rochefort  Océan Présentation visiter le site
3/ Côte d’Or Tourisme – Pascale Lambert – Directrice
- "Bourgogne Rando Vignes" Présentation et clip
4/ Département de Seine-Maritime –
Isabelle Maraval - Directrice du développement et des partenariats culturels - Jumièges 3D
Visiter le site et remonter le temps

12h15 – 12h45 – Les services numériques culturels innovants

Ministère de la Culture et de la CommunicationSonia Zillhardt - Conservateur en chef, Chargée de mission innovation numérique – Secrétariat général, Service des politiques culturelles et de l’innovation - Département de la recherche de l'enseignement supérieur et de la technologie. Présentation de l'Appel à projets 2014

12h45 – 14h00 - Déjeuner en commun

14h00 – 14h15 – Et pour les territoires de montagne ?

Eutelsat - Alexandra Pocholle - Responsable des relations institutionnelles Présentation de ConnecTourisme site et n'hésitez pas à candidater !

14h15 – 15h45 – Les données pour valoriser le tourisme culturel

1/Le HUB – Bruno Caillet - Directeur associé / Pôles cultures et territoires Synthèse écrite à télécharger
2/Orange – Jean-Luc Chazarain -
Directeur Offres Flux Vision Présentation et site dédié
3/Fédération Française de la Randonnée Pédestre - Bernard Cheneau
- Vice-Président Présentation et site
4/Région Auvergne – Evelyne Leroy -
Chargée de projet Développement numérique et
Comité Régional de Développement Touristique Auvergne
- Emmanuelle Collin - Directrice marketing Présentation conjointe site CRDTA site Région

15h45 – 17h00 – Casser les silos et moderniser la gouvernance, inscrire le numérique dans les projets, accompagner aux nouveaux outils : quel(s) pilote(s) ?

Offices de Tourisme de France – Mathieu Daubon – Chargé de mission Animation de Réseau Présentation et site
Rhône-Alpes Tourisme – Karine Feige
– Directrice du projet Sitra Présentation et site

Modération : Patrick Bellin - Conseiller technique - Mission Ecoter

Lieu : Caisse des Dépôts et Consignations - 72 avenue Pierre Mendès-France 75013 Paris - Salle Auditorium - B 013

22.10.2014au22.10.201409h15- 16h45
Des capteurs, des données, des échanges…, Comment les collectivités territoriales retrouvent la maîtrise de leur territoire et répondent aux attentes des citoyens ?
Identification des enjeux et des moyens, évolutions des gouvernances, cohérence des projets

Colloque Mission Ecoter et Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies


Fusion de deux mondes - le physique et le virtuel -, l’IoT (internet of things) ou internet des objets incarne la possibilité de maîtriser les données collectées et les services en temps réel et fait entrer les collectivités territoriales dans la seconde phase de la révolution industrielle de l’Internet, avec son champ des possibles pour une gestion optimisée et une utilisation plus efficace de l’argent public en matière de nouveaux usages et services, dans les domaines des transports, de la circulation, des services publics, de l’éclairage public, de l’énergie, de l’environnement, de la santé, l’attractivité économique des territoires et leur croissance, et pour le bénéfice des citoyens.

Cependant, si cette seconde phase est pleine d’enjeux et d’opportunités pour les entreprises, pour les collectivités et les citoyens, le succès et les bénéfices sont conditionnés par le lancement d’un marché structuré de l’Internet des objets qui repose sur des choix technologiques - infrastructures télécoms (très haut débit (fibre), 4G et 5G, Wifi, ou bas débit), normes, interopérabilité, modèles de plateformes vs applications isolées, stockage et exploitation des données – et des modèles économiques et reposent tout autant par la nécessité d’un changement dans le mode de gouvernance au sein des collectivités, la fin du travail en silos entre directions, par la professionnalisation et l’acquisition de nouvelles compétences, par un recentrage sur les tâches d’analyse et de prospective territoriales, pour la cohérence des projets de « territoires intelligents », par la relation avec les fournisseurs et avec les autres collectivités … peut-être privilégier des investissements sur le long terme… et avec des élus fortement impliqués.

09h15 Introduction de la Journée

Jean-Luc Sallaberry - Chef du service numérique

09h30 – 11h00 Table ronde –Internet des choses, des objets, M2M : de quoi parle-t-on et pour quelles finalités ?

Intervenants :

Institut Mines Télécom – Francis Jutand – Directeur scientifique TELECHARGER LA PRESENTATION

Intel France- Isabelle Flory - Directeur Marché Entreprise & Solutions, Europe de l’Ouest TELECHARGER LA PRESENTATION

Ministère de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique – DGE  – Pierre Carbonne - Chargé de Mission Services Mobiles, NFC et Smart City TELECHARGER LA PRESENTATION

Mission Spectre 2014Joëlle Toledano – Professeur des Universités Supelec

11h00 – 12h30 Table ronde – Conditions au lancement d’un marché structuré

Intervenants :

AwoX – Olivier Carmona - Director Business Development TELECHARGER LA PRESENTATION

Bouygues Energies et Services - Jean-Michel Guéry - Directeur Général Adjoint TELECHARGER LA PRESENTATION

CISCO - Jean-François Balcon - Business Development Smart Cities France

COFELY INEO – GDF Suez - Charles-Edouard Delpierre - Business Development Manager TELECHARGER LA PRESENTATION

SIGFOX – Ludovic Le Moan – Président Directeur Général

12h45 – 14h00 – Déjeuner au restaurant Chez Françoise

14h15 – 16h45 Table ronde – la gouvernance au cœur de la transition numérique et des territoires intelligents

Intervenants :

Caisse des Dépôts et Consignations Cédric Verpeaux - Responsable du pôle "Ville numérique et durable"

Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies - Daniel Belon - Directeur adjoint

Métropole Nice Côte d’Azur - Antoine Véran - Conseiller métropolitain et Président de la commission développement rural et couverture numérique TELECHARGER LA PRESENTATION

Syndicat des énergies et de l’aménagement numérique de la Haute SavoieJean-Paul Amoudry – Président

Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour l'Electricité et les Réseaux de Communication - Jacques J.P.Martin - Président

Lieu : Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (20, boulevard La Tour-Maubourg – 75007 Paris)

Colloque gratuit

Déjeuner payant : 45 euros

09.10.2014au09.10.201412h00 - 14h30
Le datacenter de nouvelle génération, régional et mutualisé
Réunion-débat

Réservée aux membres entreprises, aux membres collectivités et au club utilisateurs de la Mission Ecoter

Thème : Le datacenter de nouvelle génération, régional et mutualisé : pourquoi et comment le mettre en œuvre

Invités :

Cabinet d'avocats A&H – Julie ABRASSART - Avocate associée
JERLAURE  - Claude DOS SANTOS, Jérôme GREMAUD  

Le marché des datacenters est en plein essor, sous-tendu par la nécessité d'héberger des données dont le nombre explose. En outre, ils sont identifiés par les acteurs publics locaux comme éléments participants de l'aménagement numérique global des territoires et outils de souveraineté nationale pour l'accueil et l'archivage des données publiques.

- Que faut-il savoir du cadre réglementaire et juridique existant ?

- Quels sont les modèles économiques, les montages financiers et les outils existants ?

- Quelle est la bonne échelle territoriale ?

- Comment adapter ses stratégies IT (location, copropriété, propriété) aux regards des besoins des structures publiques et des acteurs économiques, des volumes et de la durée ?

- Comment intégrer un datacenter dans une démarche environnementale, éco énergétique ?

Lieu : Le Vauxhall - 50 avenue Pierre Mendès-France 75013 Paris

Places limitées

01.10.2014au01.10.201408h30 - 16h45
Commande publique, PME-PMI, entreprises innovantes et Territoires
Passer d’une logique d’achat à une logique de dynamisation économique

Colloque de la Mission Ecoter

Rapprocher les collectivités territoriales des entreprises numériques, quelle que soit leur taille, dans la commande publique est une ambition partagée depuis longtemps ; cependant les difficultés de croissance des PME et de l’emploi plaident en faveur d’un changement énergique dans la conduite de l’achat public.

La commande publique ne se résume pas qu’à une question juridique, elle est une affaire de gestion opérationnelle dont la bonne exécution repose sur la professionnalisation des achats publics. Elle est aussi, de façon plus prégnante, une question de responsabilisation des donneurs d’ordre au regard des objectifs de relance économique qui doivent inscrire leur choix dans le respect de la réglementation : travail sur la rédaction des appels d’offres, choix du long terme avec la notion de « mieux disant » - plutôt que choix du « moins disant » avec le double effet de « dumping financier et social», avec une analyse systématique du coût global d’acquisition (Capex + Opex) . Enfin, elle doit être conduite de façon totalement transparente pour tous.
Il est donc nécessaire d’accompagner les acheteurs publics et leurs partenaires privés dans cette évolution indispensable.

A ce titre, les enjeux résident aussi dans le degré d’appropriation de la dématérialisation de la commande publique par les PME. Nombre d’entre elles montrent des réticences à candidater par voie électronique, par manque de confiance à l’égard des garanties techniques et juridiques existantes en matière de simplification (clarté d’accès aux marchés, complexité des procédures, confidentialité des offres commerciales, interfaces, signature électronique et niveaux de sécurité, homogénéisation de la nomenclature), par manque de personnel administratif formé, ou même par habitude, pensant pouvoir continuer comme de coutume.
A travers ce colloque, la Mission Ecoter souhaite donner la parole aux administrations d’Etat, aux opérateurs économiques, aux donneurs d’ordre et aux acheteurs publics.

Nous verrons ainsi comment rendre la commande publique plus simple, plus transparente, plus performante et efficace, puis avec les acteurs de la filière TIC (infrastructures, réseaux, SSII, éditeurs), nous nous attacherons à comprendre comment rapprocher l’offre de la demande pour la valorisation du tissu économique territorial, l’emploi, la pérennité économique des grandes entreprises comme des PME locales, en gardant aussi à l’esprit l’intérêt de l’usager des services publics qui, in fine, finance l’achat public !

Nous nous attacherons également à mettre en perspective les besoins liés à la transition énergétique par rapport aux achats, aux besoins de connaissance des marchés et de commande publique.

Programme

09h30 - Introduction de la journée
Présidence de la Mission Ecoter

09h45 - Table ronde – Passer d’une logique juridique à une logique de performance, de simplification, de compétitivité, de responsabilisation et de transparence
Quelles sont les évolutions réglementaires nationales attendues et communautaires (transposition des directives marchés publics) et quels bénéfices en attendre pour les entreprises de toute taille et les collectivités ? Et en particulier les entreprises innovantes technologiquement ? Quelles devront être les incidences sur les politiques d’achat public ? Comment faire en sorte que les PME profitent d’un traitement égal face à la commande publique ?

Quels sont les outils pour piloter la performance de la commande publique ?

Intervenants :

Direction des Affaires Juridiques – Jean Maïa - Directeur télécharger la présentation
Médiation des marchés publics – Jean-Lou Blachier –
Médiateur des Marchés publics visiter le site
Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique
– Clara Sorin –Directrice de projet, programme "Dites-le nous une fois" télécharger la présentation

11h00 - Table ronde – Petites et Grandes Entreprises, égales dans la pratique de la commande publique ?
Délais et conditions de paiement, délais de réponses aux appels d’offres, indemnisation des consultations sans suite, place de l’innovation, prises en compte des clauses environnementales et sociales, coopération entre entreprises de tailles différentes et place de la co-traitance, réponses dématérialisées, visibilité des marchés, etc.
Comment faire en sorte que les PME profitent d’un traitement égal face à la commande publique ? Quelles sont les cultures et bonnes pratiques à développer ? Comment et où doit-on faire mieux ?

Intervenants :

CCI Paris Île-de-France – Florence Jacquemot – Chargée de mission – Département Droit public et économique télécharger la présentation
Fédération des industriels des réseaux d'initiative publique
Jean-Christophe Nguyen – Délégué Général visiter le site
Pacte PME - Valérie Gonon
- Direction des achats Bureau des Supports et Techniques d’Achats de la Ville de Paris télécharger la présentation
Pôle  de compétitivité Systematic – Jean-Noël de Galzain
– Vice-Président Télécharger la note télécharger la présentation
Syntec Numérique -  Véronique Torner
– Présidente de la Commission PME & Régions et Administratrice  Télécharger la note

12h45 – 14h00 – Déjeuner en commun des participants

14h15 - Table ronde – Et dans la pratique, sur le terrain, comment fait-on ?
Face aux enjeux économiques, les collectivités territoriales doivent conduire des politiques d’achats public cohérentes - utilisation positive de la commande publique, choix du mieux-disant, et s’appuyer sur une connaissance fine des marchés (leur évolution, leurs acteurs) par la mise en place de sourcing, ouvrir les données publiques pour plus de transparence, être plus innovantes et réactives en analysant les circuits-courts, savoir définir ses besoins, négocier et choisir, évaluer.
L’acteur public délègue-t-il sa compétence en matière numérique et technologique ?
Comment fait-on pour rapprocher l’offre de la demande et pratiquer une politique de performance économique ?

Intervenants :

APPROLYSSylvie Darmoun-Herdhuin – Chef de projet Approlys télécharger la présentation
Breizh Small Business Act – Céline Faivre
– Présidente télécharger la présentation
GIP eBourgogne
- Louis-François Fléry - Conseiller honoraire auprès de la Présidente et Daniel Coissard - Chef de projet SDM télécharger la présentation
GIP Maximilien – Alexis Boudard
- Directeur télécharger la présentation
Ville de Saint-Ouen – François Villette
- Directeur Général Adjoint  télécharger extrait démarche (in Rapport CCIParis IDF 2014)

Regard sur la commande publique dans la transition énergétique :

Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies - Jean-Marc Proust – Chef de service

Lieu : Caisse des Dépôts et Consignations - 72, avenue Pierre Mendès-France - 75013 Paris - Salle B 013

17.09.2014au17.09.201412h00 - 14h30
La place du numérique dans le projet du Grand Paris
Réunion Débat

Thème : La place du numérique dans le projet du Grand Paris

Invité : Société du Grand Paris - Jérôme Coutant - Responsable du numérique

Le projet métropolitain du Grand Paris est un levier pour répondre à un équilibre des territoires, créer les conditions nécessaires à la dynamisation des entreprises, valoriser durablement le patrimoine.

Avec 205 km de ligne, 72 nouvelles gares prévues, le Grand Paris Express, au cœur du Grand Paris, apparaît comme une promesse en termes de services pour les usagers et de développement économique pour les entreprises.

L’enjeu est également d’en faire « un immense accélérateur d’innovation au service du développement économique et du rayonnement du Grand Paris ».

Pour piloter le projet du Grand Paris Express, la Société du Grand Paris, établissement public, maître d’ouvrage et un invité pour intervenir, faire un point d’étape et échanger sur la dimension numérique au sein de la SGP (fibre, datacenters, réseaux mobiles, wifi, mobilité, données, espaces de télétravail, living labs, internet des objets) :

Lieu : Le BistrotQuai - 26 avenue Pierre Mendès-France 75013 Paris
Inscriptions ouvertes
Places limitées

17.09.2014au18.09.201409h00 - 20h00
Université numérique d'automne - Apprendre et enseigner avec le numérique


La stratégie de l’Éducation nationale vise à « Faire entrer l’école dans l’ère du numérique », donc à généraliser l’usage des outils et des ressources numériques.
Dans le cadre de cette politique, l’académie de Dijon et Canopé académie de Dijon proposent l’Université Numérique d’Automne, organisée à Dijon les mercredi 17 et jeudi 18 septembre 2014

Le 17/09 se déroulera éduk@ 2.0 salon des éditeurs et du numérique éducatifs (lieu : Palais des Congrès - horaires : 09h00 - 17h30)
• Le 18/09 sera consacré à la thématique des équipements au service des usages (lieu : Canopé – CRDP - horaires : 09h00 - 20h00)

Le 18 septembre 2014 : LA MISSION ECOTER EST PARTENAIRE
Table ronde : une politique partenariale et concertée d’équipements au service des usages

Animateur : Philippe Moles - Mission ECOTER
Intervenants :
- Pascal Faure, Délégué académique au Numérique de l’académie de Nancy-Metz
- Michel Biedinger, Directeur des collèges au Conseil général de Meurthe-et-Moselle
- Pascal Michel, principal du collège Van Gogh de Blénod-les-Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle)

Pour prendre  connaissance du programme des deux journées : http://una.ac-dijon.fr/
Pour s'inscrire - contacter : philippe.ratat@ac-dijon.fr

26.08.2014au27.08.2014
RuraliTic 2014

La Mission Ecoter est partenaire des universités d'été 2014 RuraliTic !

27 août - Intervention de Jean-Jacques Thiébault sur les droits de passage - Plénière "Le THD arrive dans les campagnes, sont-elles prêtes ?"

 

à lire, la tribune du Commissaire général Sébastien Côte La démocratie participative en soutien de la révolution numérique des campagnes

http://www.ruralitic.org/site/

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Agenda
  Mars  
LuMaMeJeVeSaDi
 
123
45678910
111213
SMART CITY, une vision à taille humaine : mise en œuvre et clefs de la réussite
(Colloque de la Mission Ecoter)
14151617
18192021222324
25262728
Droits de passage Télécoms pour les collectivités territoriales - 28.03.19
(Colloque de la Mission Ecoter)
293031

La Mission Ecoter, Association loi 1901, regroupe, depuis 1997, collectivités territoriales et entreprises actrices dans le secteur des collectivités (Numérique, Santé, Education, Environnement, Transports, Finances locales...) pour :

  • Accompagner les collectivités dans leurs transformations.
  • Echanger sur les usages et les services numériques aux citoyens
  • Mettre en place une veille adaptée et efficace aux projets de transformations des collectivités.
  • Peser sur les décisions politiques et administratives pour les territoires.
  • Diffuser les informations les plus fiables dans un secteur innovant.
  • Former les élus, les cadres territoriaux et les acteurs d'entreprises à l'économie numérique, aux finances, aux ressources humaines.

Diapositive1.jpeg

Mission Ecoter
13, avenue d'Aygu
26200 Montélimar
Tél.: 04 75 51 70 85
mission.ecoter@ecoter.org
Siège social
Olivier Julienne
Secrétaire général
Antenne Ile-de-France
Alain Melka
Directeur Général des Services
Tél. : 06 33 75 13 60
Antenne Rhône-Alpes
Natalie Herrouin
Directrice Administrative
Tél.: 04 75 51 70 85
Antenne Hauts-de-France
Quentin Meullemiestre
Directeur du Développement
Tél. : 06 04 08 38 16
Association loi 1901 créée en 1999
Organisme de formation agréé par le Ministère de l'Intérieur et pour la formation professionnelle
Déclaration d’activité n° 82260179326
Réalisation : Les Émotionneurs | Mentions légales | Liens utiles